Suivez-moi sur les réseaux !

mercredi 2 septembre 2020

Transparente de Jun Ogino

 

Transparente


(Tomes 1 et 2)


Jun Ogino

 

 

Transparente / Jun Ogino


Aya Kinomiya grandit dans une famille dysfonctionnelle. Son père, un homme violent, ne cesse de s’en prendre à sa mère, sous l’œil indifférent de son grand frère. Impuissante face à cette brutalité, elle se découvre brusquement le don de disparaître à volonté. Grâce à ce nouveau pouvoir, elle parvient à dénouer la situation. Mais en grandissant, elle voit poindre en elle une culpabilité qui l’empêche de véritablement se lier aux autres. Alors qu’elle entre au lycée, deux jeunes filles percent petit à petit sa carapace, et lui permettent ainsi de vivre pleinement.

Ce manga est un coup de cœur ! Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas lancée dans une lecture sous ce format, et cela m’a fait très plaisir de découvrir cette série. Je trouve que le mangaka met en place l’intrigue de façon à la fois sobre, sans scènes de violences excessives, mais en même temps très parlante. Le dessin des expressions du visage du père d’Aya lorsqu’il est en colère laisse très clairement transparaître la brutalité de son comportement. Nous nous attachons immédiatement à la jeune héroïne et nous compatissons à son malheur.

L’intervention d’un élément fantastique dans ce cadre réaliste est aussi très bien amenée. Le lecteur peut rapidement l’interpréter comme l’expression de la culpabilité de la jeune fille et de sa crainte de se lier aux autres.

Les relations que créée Aya avec ses deux amies sont aussi agréables à suivre. J’ai aimé voir comment petit à petit la lycéenne s’ouvre aux autres. La fin du tome 2 nous laisse sur notre faim, avec un revers brutal et inattendu, et j’ai très hâte de connaître la suite ! La série est en quatre tomes, ce qui évitera, je pense, d’étirer l’histoire en longueur. Tous les opus sont sortis en VO, et le tome 3 sera disponible en français le 20 septembre 2020.

Un manga parfait pour ceux et celles qui aiment les séries courtes, réalistes et contemporaines.

 Transparente de Jun Ogino publié aux éditions Kurokawa.

vendredi 28 août 2020

L'Assassin Royal : Tome 1 : L' Apprenti Assassin de Robbin Hobb

 L'Assassin Royal

Tome 1 : L'Apprenti Assassin

 Robin Hobb


L'apprenti Assassin / Robin Hobb


 Grâce à @de_poudlard_a_anima j'ai pu découvrir le merveilleux premier tome de la série L'assassin Royal de Robin Hobb !

Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas laissée autant embarquer dans un univers de fantasy médiévale ! Nous y suivons les aventures de Fitz, le fils illégitime du prince Chevalerie , qui va se voir dispenser la formation d'assassin pour le compte du Roi. Malgré son jeune âge, Fitz se retrouve pris au milieu d'intrigues de Cour qui pourraient engendrer sa chute, voire sa mort ...

Ce premier tome pose les bases de l'univers dans lequel nous allons évoluer. Malgré les nombreuses descriptions, je ne me suis pas ennuyée un seul instant.

J'ai immédiatement ressenti de l'affection pour le personnage de Fitz, notamment en le voyant grandir et évoluer. L'auteur en fait un personnage très humain, avec ses défauts et ses moments de doute, mais également avec un cœur tendre. Sa relation avec Burrich, le maître écuyer qui l'a élevé, est très touchante, bien que complexe et semée parfois de non-dits.

D'autres personnages, comme celui du Fou, me fascinent, et j'ai hâte d'en apprendre plus sur eux dans les prochains tomes.

Pour les amoureux d'intrigues politiques, de fantasy se déroulant au Moyen-Âge ou de longues sagas, cette série est faite pour vous !

 

L'Assassin Royal : Tome 1 : L' Apprenti Assassin de Robbin Hobb publié aux éditions J'ai Lu

lundi 10 août 2020

L'attrape-coeur de J.D. Salinger

 L'attrape-coeur

 

J.D. Salinger

 

L'attrape-coeur / Salinger

Holden, un jeune homme de seize ans, s'est fait renvoyer pour la quatrième fois d'un collège prestigieux où ses parents l'ont inscrit. Craignant de rentrer plus tôt que prévu et de subir leur colère, il décide d'errer dans les rues de New York, allant dans des hôtels mal famés, des boîtes de nuit sombres et renouant contact avec de vieilles connaissances. Ce jeune homme est hanté par plusieurs démons : le décès de son jeune frère Allie, la crainte de devoir retourner dans un autre internat où il n'a pas sa place et le souvenir de Jane, une jeune fille qu'il semble avoir sincèrement aimé et qu'il ne parvient pourtant pas à recontacter.

Le ton familier du narrateur nous interpelle immédiatement dès les premières pages du livre. Avec un humour assez cynique, il n'hésite pas à pulvériser les codes du roman classique, et nous livre des informations très succinctes sur sa vie ou son passé. Malgré la cruauté qu'il peut avoir dans ses descriptions ou ses réflexions sur les autres, on ne peut s'empêcher d'éprouver un attachement sincère pour cet adolescent qui porte en lui une grande tristesse, mais également une grande tendresse pour les siens. Son attachement pour sa petite sœur Phoebé ou les souvenirs qu'il partage avec son frère Allie sont bouleversants et touchants.

Des détails comme le gant de baseball sur lequel Allie écrivait des poèmes rendent les protagonistes marquants, atypiques et attachants. Holden semble parfois faire preuve d'une immaturité touchante mais il est au contraire d'une clairvoyance saisissante. Il incarne le désœuvrement que l'on peut éprouver en tant qu'adolescent ou jeune adulte face à l'avenir.

Grâce à lui nous découvrons New York sous toutes ses coutures depuis le quartier de Brodway jusqu'à Central Park.

Ce récit court, qui tient sur une soirée et une journée, nous fait entrer fugacement, mais de façon marquante, dans la vie d'un personnage étonnant.

L'attrape-coeur de JD Salinger publié aux éditions Robert Laffont.

mardi 28 juillet 2020

Le réveil des sorcières de Stéphanie Janicot

Le réveil des sorcières


Stéphanie Janicot


Le réveil des sorcières / Stéphanie Janicot


Diane LeGoffe exerce un métier peu commun : elle officie en tant que guérisseuse dans une région reculée de Bretagne. Mais un matin, alors qu'elle se rend au chevet d'un patient, sa voiture dérape sur une plaque de verglas, la tuant sur le coup. Une de ses amies de Paris, écrivaine et journaliste, se rend alors en Bretagne pour soutenir ses deux filles, désormais orphelines. Mais la cadette est formelle : la mort de Diane n'est pas un accident, c'est un meurtre. En effet, sa mère n'était pas seulement dénommée guérisseuse, on chuchotait également qu'elle était une sorcière. Et si le décès de Diane avait été provoqué par un mauvais sort ?

Ce roman est un coup de cœur, une excellente surprise ! Le thème de la sorcière m'a toujours beaucoup intéressée et fascinée, mais je n'avais jamais encore lu de roman comme celui-ci. En effet, nous ne sommes pas dans une œuvre fantastique, où la magie est synonyme de boules de feu et d'éclairs aveuglants. Ici nous sommes face à une pratique plus proche de la nature, plus spirituelle. L'autrice explore les différentes significations des mots "sorcière" et "guérisseuse", en retraçant notamment l'histoire de la sorcellerie en Bretagne. Elle évoque notamment le mythe de Merlin l'Enchanteur. Elle joue très bien sur la frontière ténue qu'il existe entre les phénomènes paranormaux et les phénomènes dits "magiques" qui ne se réalisent que parce que l'on y croit avec fermeté.

La narratrice, écrivaine parisienne, est tiraillée entre une éducation très rationaliste et une attirance pour les forces occultes et la sorcellerie. En menant son enquête sur la mort de sa meilleure amie, elle interroge différents personnages sur leur vision de la magie, offrant au lecteur une palette de perceptions différentes. A travers ce personnage, l'autrice nous invite également à nous pencher sur le métier d'écrivain. La narratrice éprouve une culpabilité car tout ce qu'elle écrit dans ses romans, notamment les choses les plus tragiques, semblent se réaliser. Or peu de temps avant la mort de Diane, elle rédige un passage comportant un accident de voiture. Cela nous fait nous poser la question du pouvoir démiurge de l'écrivain et du pouvoir des mots.

Le roman aborde également avec beaucoup de finesse la question du deuil et de la filiation. La résolution du mystère de la mort de Diane n'est finalement peut-être pas le plus important dans le livre, ce qui est très prenant est surtout le cheminement du deuil effectué par les deux orphelines.

Les chapitres courts et la plume fluides nous font dévorer ce roman.

Je recommande donc cette histoire de sorcières aux amoureux de la Bretagne, des légendes et de l'écriture. Ceux qui préfèrent les pures enquêtes peuvent risquer de s'ennuyer, cependant je leur conseille malgré tout de tenter l'aventure. Le mystère comporte une véritable résolution et ils pourraient avoir une belle surprise !

Le réveil des sorcières de Stéphanie Janicot publié aux éditions Albin Michel.

lundi 13 juillet 2020

Binti de Nnedi Okorafor


 Binti

 

Nnedi Okorafor


Binti / Nnedi Okorafor https://www.instagram.com/p/CClGQDpqmRW/




Contre l'avis de son peuple, Binti se rend à l'Université d'Ookama, l'un des établissements les plus prestigieux de la galaxie. Harmonisatrice et virtuose des mathématiques, elle espère y perfectionner son art.

Mais en chemin le vaisseau dans lequel elle voyage est attaqué par le peuple des Méduses, une race réputée pour être belliqueuse et sans merci.
Cet événement va changer Binti à tout jamais.

Ce roman de science-fiction est très original. L'auteur met en place un univers étonnant, où des créatures hybrides se mêlent aux hommes. Les vaisseaux dans lesquels voyagent les étudiants sont des poissons géants, et les villes sont réparties entre différents domaines (la ville des mathématiques, la ville des armes).

Il décrit également très précisément les traditions de chaque peuple. Des décors anciens et familiers tel que le désert se mêlent à des décors ultramodernes et technologiquement supérieurs à nous.

La jeune fille utilise les mathématiques pour méditer ou produire des champs de force qui la mettent en harmonie avec le monde qui l'entoure, ce qui est très original.

La force de ce roman est aussi la façon dont il aborde la question du traumatisme. Tout au long du roman, Binti tente de surmonter ce qui lui est arrivé. Ce n'est pas tant un roman d'action comme on pourrait s'y attendre (même s'il n'en est pas dépourvu) mais un roman d'introspection, et de recherche de son identité.

En voyageant, Binti remet en question les traditions de son peuple et tout ce qu'elle croit connaître. Elle apprend à se découvrir.

Ce premier tome nous ouvre donc les portes d'un univers orignal, avec une héroïne attachante et ouverte d'esprit. Il peut plaire aussi bien aux amoureux des chiffres qu'aux littéraires convaincus. Je recommande cependant d'être un lecteur aguerri en science-fiction pour se lancer. Le dépaysement risque sinon d'être un peu rude !


Binti de Nnedi Okorafor publié aux éditions Naos. 

lundi 6 juillet 2020

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko

Et le désert disparaîtra


Marie Pavlenko

 


Et le désert disparaîtra / Marie Pavlenko



Dans un futur qui pourrait être le nôtre, les arbres ont presque totalement disparu de la surface du globe et la Terre est devenue un immense désert. Samaa qui vit dans une petite tribu de survivants au sein de cette étendue de sable doit utiliser quotidiennement des bouteilles d’oxygène et boire de l’eau gélifiée.

Elle ne rêve que d’une chose, devenir chasseuse d’arbres, comme ces humains qui parcourent les plaines désertiques à la recherches des derniers grands végétaux, qui se dissimulent dans des crevasses. En coupant le bois qu’ils revendent dans les dernières grandes villes, ils peuvent gagner suffisamment d’argent pour acheter des boîtes de conserves ou du tissu synthétique. Mais ce métier n’est accessible qu’aux hommes.

Un jour Samaa désobéit à la règle et suit le groupe de chasseur. Alors qu’elle est perdue dans le désert, elle fait une rencontre qui change le cours de sa vie.

Ce très court roman, qui tient presque lieu de fable, m’a véritablement transportée ! J’ai déjà lu des romans de Marie Pavlenko, notamment Je suis ton soleil (que j’ai beaucoup aimé). Le style employé par l’auteur est ici très différent. La plume suit le rythme des pas de la jeune fille, l’écoulement lent du temps dans le désert. Le ton est presque musical et les mots sont choisis avec soin.

En peu de pages, Marie Pavlenko parvient à rendre crédible et clair l’univers dystopique qu’elle met en place. Nous comprenons les modes de vie de ces derniers hommes, et aussi tout ce qui leur manque, notamment des connaissances sur le fonctionnement des arbres et de la biodiversité. Ces végétaux, qu’ils considèrent presque comme des ennemis, de simples marchandises, seraient en vérité leurs meilleurs alliés.

L’autrice décrit également très bien comment Samaa prend petit à petit conscience de la valeur d’un arbre, et du pouvoir régénérateur de celui-ci. Même si ce roman est très court, il est très intense, prenant, et délivre de façon très claire une revendication écologique. Une fois le livre refermé, nous ressentons un mélange de tristesse et d’espoir.

Cette très courte nouvelle, portée par une héroïne audacieuse, peut plaire à la fois aux amateurs de dystopie, mais également aux amoureux de films comme Princesse Mononoké, Mon Voisin Totoro ou Nausicaa de la Vallée du Vent, qui véhiculent ces mêmes messages écologiques.

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko publié aux éditions Flammarion.

lundi 8 juin 2020

TAG livresque de A à Z !

 TAG livresque de A à Z !

 

 


Pour patienter avant une nouvelle chronique, voici un TAG qui existe depuis très longtemps dans la communauté livresque : le TAG livresque de A à Z. Le principe est simple, il faut citer autant de livres qu’il y a de lettres de l’alphabet. Chaque lettre correspond à une question. Pour corser un peu le défi, je vais essayer de ne pas citer La Passe-Miroir de Christelle Dabos et Harry Potter de JK Rowling à toutes les questions.

A pour Auteur – Auteur dont tu as lu le plus de livres. 


Il s’agit de la série Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, écrite par Lemony Snickett et qui ne comporte pas moins de treize volumes. Tout comme le chiffre treize porte malchance, la vie de la fratrie Baudelaire est couronnée de mésaventures. Après le décès tragique de leurs parents, ils doivent échapper au terrible Oncle Olaff qui fait tout pour s’approprier leur héritage. Cette série pleine d’humour et de rebondissements m’a laissée un excellent souvenir ! Je la recommande chaudement aux petits comme aux grands.


B pour « Best » – La meilleure « suite » de série


Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos. Je manque déjà à ma parole, mais le deuxième tome de La Passe-Miroir est une merveille qui se doit d’être mentionnée. En effet, après la réussite magistrale du tome un, nombreux étaient les lecteurs qui craignaient que la suite ne soit pas à la hauteur du premier ! J’étais de ceux-là. J’ai depuis appris que Christelle Dabos ne nous déçoit jamais ! Les disparus du Clairdelune mêle une intrigue policière aux mœurs débridées de la cour du Pôle. Plongée au cœur d’un conflit qui la dépasse, Ophélie tente de tirer son épingle du jeu, et doit faire alliance avec son ours mal léché de mari...

C pour « Current » 


Je lis actuellement Mischling de d'Affinity Konar. Nous y suivons deux soeurs jumelles déportées à Auschwitz et servant de cobaye à Joseph Mengele durant de terribles expériences.


D pour « Drink » – La boisson qui accompagne tes lectures.


Je ne bois que rarement lorsque je lis, mais lorsque cela arrive, c’est généralement du thé.


E pour « E-book » – E-books ou romans papier ?


Livres papiers sans hésiter! L’odeur et le son des pages qui se tournent me manquent cruellement sur liseuse !


F pour « Fictif » – Un personnage fictif avec lequel tu serais effectivement sortie au lycée.


Le petit ami de Cat, Lévi, dans Fangirl de Rainbow Rowell. Il tolère la passion immodérée de sa petite amie pour la série Simon Snow, il aurait donc certainement accepté mon passe-temps tout à fait névrosé pour Harry Potter ou La Passe-Miroir.


G pour « Glad » – Un roman auquel tu es contente d’avoir donné une chance


Il y en a beaucoup, mes découvertes livresques sont généralement heureuses. Une de celles qui m’a marquée est a série Les Penderwick de Jeanne Birdsall. J’ai beaucoup rechigné à lire ce roman, mais une fois lancée, je me suis prise d’affection pour les sœurs Penderwick, les faisant entrer dans mon top 3 des romans préférés sur les frères et soeurs.


H pour « Hidden » – Un roman que tu considères comme un joyau caché.


Espérer le soleil de Nelly Chadour. J’en ai beaucoup parlé sur ce blog, mais je ne l’ai jamais vu mentionné chez les nombreux booktubeurs que je suis. Je suis donc contente d’être tombée sur cette petite merveille, qui mêle à la fois le fantastique et l’enquête policière, dans un futur alternatif.


 

I pour « Important » – Un moment important dans ta vie de lectrice. 


Lorsque ma mère m’a lu Miss Charity de Marie-Aude Murail. C’est à la fois un roman que nous avons toutes les deux adorées et c’est le dernier roman qu’elle m’a lu le soir avant que je m’endorme. Par la suite, j’ai totalement lu par mes propres moyens.


J pour « Juste » – Le roman que tu viens juste de finir.


On achève bien les chevaux de Horace McCoy que j'ai chroniqué ici !




K pour « Kind » – Le genre de romans que tu ne liras jamais


Ne jamais dire jamais !


L pour « Long » – Le roman le plus long que tu aies jamais lu 


Le Passage de Justin Cronin qui ne fait pas moins de 1008 pages ! La version grand format ressemble à un dictionnaire Larousse. Mais il faut bien toutes ces pages pour raconter le futur d'une humanité ravagée par d'étranges créatures nées d'expériences scientifiques ayant mal tourné...



M pour « Major » – Le roman qui t’a causé le plus gros « book hangover » (« trop plein » livresque – tu ne pouvais plus rien lire après ça) 


Après avoir lu le dernier tome de La Passe-Miroir, mes autres lectures me semblaient bien fades, tant j’étais hantée par La Tempête des Echos.


N pour « Nombre » – Le nombre de bibliothèques (meubles) que tu possèdes


Une seule, mais elle déborde de partout !

La bibliothèque de mes rêves

 

O pour « One » – Un roman que tu as lu plusieurs fois.


 Il y en a beaucoup, j’aime relire mes livres ! Pour ne pas toujours citer les mêmes, je dirai La Couleur des sentiments/The Help de Catherine Stockett. Ce roman suit la vie des bonnes Noires aux Etats-Unis durant la période ségrégationniste.



P pour « Préféré » – Ton endroit préféré pour lire.


Mon lit douillet !


Q pour « Quote » – Une citation, d’un livre que tu as lu, qui t’inspires ou qui te fait ressentir plein d’émotions


“Passer les miroirs, ça demande de s'affronter soi-même. Il faut des tripes, t'sais, pour se regarder droit dans les mirettes, se voir tel qu'on est, plonger dans son propre reflet. Ceux qui se voilent la face, ceux qui se mentent à eux-mêmes, ceux qui se voient mieux qu'ils sont, ils pourront jamais. Alors crois-moi, ça ne court pas les trottoirs !” Christelle Dabos, Les Fiancés de l'Hiver Cela me rappelle l’importance de l’honnêteté envers soi-même et envers les autres.

Christelle Dabos pour Lecture Jeunesse

R pour « Regret » - Un regret de Lecteur


Ne pas pouvoir de temps en temps plonger dans l’univers de mes livres préférés.


 

S pour « Série » – Une série que tu as commencée mais jamais finie (et dont tous les livres sont sortis).


Les enfants de la Terre de Jean M. Auel, qui se déroule au temps de la Préhistoire. Nous y suivons l’évolution du personnage d’Ayla, une jeune homo sapiens recueillie par des hommes de Néandertal. J’ai lu les deux premiers tomes de cette série assez jeune, et j’ai adoré. Je ne suis jamais cependant allée au-delà du tome trois. L’histoire me plaisait toujours autant, mais la longueur du roman m’a fait abandonner ma lecture. Je ne désespère pas de reprendre cette série un jour.

 

T pour « Trois » – Trois de tes livres préférés de tous les temps.


J’ai écrit un article à ce sujet juste ici !


U pour « Unapologetic » – Quelque chose dont tu n’éprouves absolument aucun remords d’être fan(girl).


Je n’ai aucun remord d’être fan de Harry Potter, même si je n’ai pas encore reçu ma lettre de Poudlard.

 

V pour « Very » – Un roman dont tu attends la sortie avec grande impatience, plus que celle des autres.

 Aucune idée ! Joker !


W pour « Worst » – Ta pire habitude livresque


Parfois je ne peut m’empêcher de lire la dernière page d’un livre.


X pour « X » – Commence à compter en haut à gauche de ton étagère (la plus proche) et prends le 27ème livre.


Il s’agit de Dom Juan de Molière, une pièce de théâtre mettant en scène les frasques d’un libertin athée et de son valet Sganarelle, que j’ai beaucoup aimé étudier.


Y pour « Your » – Ton dernier livre acheté  


Romance d’Arnaud Catherine, que j’ai d’ailleurs chroniqué ici !


Z pour « ZzZ » – Le livre qui ta volé ton ZzZ (le dernier livre qui t’a tenue éveillée bien trop tard la nuit). 


La Tempête des échos de Christelle Dabos (encore lui), que j’ai terminé à quatre heures du matin.