lundi 30 avril 2018

Les Loyautés de Delphine de Vigan


Les loyautés

 

Delphine de Vigan


Les Loyautés / Delphine de Vigan

L’auteure de Rien ne s’oppose à la nuit revient cette fois avec une fiction. Dans Les Loyautés nous suivons une palette de personnages ayant tous un passé difficile ou un lien avec l’alcool. Hélène, une professeure de sciences, a subi les violences d’un père alcoolique, Cécile, issue d’un milieu populaire, a vu son propre père se transformer en une épave à cause de la boisson, enfin Théo, 12 ans, cherche à oublier ses problèmes familiaux en s’étourdissant dans l’alcool afin de finir dans un comas salvateur.

Cette histoire est à la fois très courte mais en même temps très prenante. En quelques phrases Delphine de Vigan parvient à nous dépeindre le passé et le portrait psychologique de ses héros. Ils ont à la fois une grande fragilité et en même temps une grande sensibilité, ce qui fait leur force. Hélène notamment remarque immédiatement que Théo ne va pas bien, même si elle ne connaît pas exactement la cause de son mal être.

Il est aussi très impressionnant de voir comment les protagonistes vont peu à peu approcher chacun à leur manière les frontières de la folie. Cécile, qui s’efforce d’oublier d’où elle vient, ne cesse de se parler à elle-même, au point que cela en devienne pathologique. Cependant, ce besoin lui est nécessaire depuis qu’elle a découvert que son mari n’était pas l’homme qu’elle croyait. Hélène quant à elle, prend très à cœur le cas de Théo, ne pouvant s’empêcher de s’identifier à cet élève au point d’être prête à transgresser toutes les règles.

Delphine de Vigan parvient également à faire converger tous ses personnages autour de Théo, qui est véritablement l’axe central du récit. Chacun d’eux à un lien plus ou moins proche avec le collégien. Cette façon de faire m’a beaucoup plu, j’ai aimé suivre le fil déroulé par la narratrice. Le fait que le héros soit très jeune rend également d’autant plus choquant son problème d’alcoolisme et nous incite à la vigilance et à la prudence.

Le style d’écriture de l’auteure, toujours aussi beau, mêle là encore une certaine poésie, un beau rythme, avec des tournures simples qui font que l’on ne peut s’empêcher de dévorer l’histoire.

Enfin, la fin est particulièrement angoissante, bien que je la trouve un peu abrupte. J’aurais préféré avoir quelques pages de plus pour pouvoir quitter les protagonistes en douceur.

Mais ce bémol est très minime. Je recommande donc chaudement le nouveau livre de Delphine de Vigan à la fois pour sa palette de héros marqués par la vie et les épreuves et la charpente du récit qui fait converger les points de vue vers Théo.

Attention cependant pour ceux qui ont l’habitude de plonger dans la vie intime de l’auteure, rien dans cet ouvrage ne semble relié à son passé. Mais si vous avez aimé ses romans de fiction comme No et moi, Les loyautés vous plairont certainement !

Les Loyautés de Delphine de Vigan publié aux éditions JC Lattès.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire